Actes destructeurs visant inconsciemment la vie de tierces personnes, Le suicide inconscient, S. Freud, 9

A la fin de son chapitre 8 de la Psychopathologie de la vie quotidienne 1, publié en 1923, Freud affirme donc l’existence d’une tendance destructrice inconsciente capable de détourner le refoulement et de s’exprimer dans les actes manqués par méprise sous la forme de l’indifférence du sujet. Ce qu’il distingue des actes symptomatiques  qui sont des formations de compromis. Freud égrène les exemples cliniques afin d’accréditer la thèse de l’existence de suicides inconscients. Après avoir exposé l’observation de Ferenczi, il évoque un cas de « sacrifice » rapporté par M.J. Starcke.

Ce cas est destiné à illustrer la valeur destructrice de certains actes manqués. Il ne s’agit pas d’un cas de suicide. La question est de savoir si l’on peut parler de symptôme….

Une dame dont le gendre devait partir pour l’Allemagne – il était appelé par son service militaire – se brûla les pieds. Sa fille était sur le point d’accoucher et le pays d’entrer en guerre. La veille du départ de son gendre, elle invite le couple à dîner. Pour préparer le repas, elle mit les « grandes pantoufles larges et ouvertes de son mari », ce qui ne lui arrivait jamais. Elle fit tomber une grande marmite de soupe brûlante sur ses pieds et se brûla. Tout le monde vit dans cet accident un effet de sa maladresse et de sa nervosité.

La maladresse était le « paravent » derrière lequel se dissimulait la rage de cette dame contre « la propre intégrité et la propre vie » (du couple), page 213.

Là, la conception des actes manqués dont l’effet est suicidaire pour le sujet, est élargie à des intentions inconscientes visant à menacer « la vie et la santé de tierces personnes », page 214. Après avoir montré la possibilité qu’un acte manqué suicidaire puisse viser le sujet, il n’est en effet pas absurde de supposer que ces intentions inconscientes puissent viser un tiers.

La suite au prochain numéro

1 – S. Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne (trad. S. Jankélévitch), 1901, édition de 1923, petite bibliothèque Payot, 11, Paris, 1967

Les autres articles : « le suicide inconscient » pour Freud

Le suicide inconscient

Déterminisme symbolique des actes manqués par méprise

Le dédoublement de l’acte

L’étonnant sang-froid en présence de prétendus accidents

Un cas freudien d’acte destructeur manqué

Le suicide mi-intentionnel est-il un suicide inconscient pour Freud ?

Une formation de compromis

La multiplication des causes

Actes destructeurs visant inconsciemment la vie de tierces personnes

Actes destructeurs symptômes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *